Questions brĂ»lantes đŸ”„ L’orgasme et la libido đŸ’Š

Salut les coquines,

Je suis trĂšs fiĂšre de vous prĂ©senter le premier chapitre des Questions BrĂ»lantes oĂč, chaque mois, je pose vos questions Ă  des spĂ©cialistes en la matiĂšre afin de pouvoir vous fournir des rĂ©ponses complĂštes, et abordĂ©es selon diffĂ©rents angles.

Ce mois-ci, je suis heureuse d’avoir pu collaborer avec MĂ©lanie J, sexothĂ©rapeute et praticienne Tantra, OphĂ©lie VouĂ©, PsychothĂ©rapeute, Sexologue & Practicienne Hypnose PTR ainsi que Fabrice Boulenger, fondateur des New Earth Studies, et expert des pratiques sexuelles du nĂ©o-tantra.

N’hĂ©sitez d’ailleurs surtout pas Ă  vous inscrire Ă  la formation gratuite de 9 semaines offerte par Fabrice pour une vie spirituelle balancĂ©e, booster votre libido et votre conscience au corps et Ă  l’esprit ! Il s’agit d’un cadeau trĂšs prĂ©cieux, vous trouverez toutes les informations du cours via ce lien.

Maintenant, venons-en au vif du sujet ! Voici les rĂ©ponses aux questions que vous avez posĂ©es sur le WellNest, avec beaucoup d’amour ;

Pouvez-vous nous parler de la libido ? Qu’est-ce qu’il fait qu’elle va et vient ? Comment la « travailler » ? Comment l’augmenter ?

MĂ©lanie Jacobin :

Du point de vue populaire, la libido est « l’appĂ©tit sexuel ». Dans la psychanalyse, Freud dĂ©finissait la libido comme une Ă©nergie vitale contenant tous nos dĂ©sirs, nos pulsions, nos envies, notre activitĂ© sexuelle rĂ©elle ou fantasmĂ©e. Carl. G. Jung lui a donnĂ© un sens plus large en y ajoutant toutes les formes d’énergies psychiques, mĂȘme en dehors de la sexualitĂ©.

Pour comprendre pourquoi la libido va et vient, il faut garder en tete qu’elle est influencĂ©e par des facteurs physiques et psychologiques! La libido augmente et baisse tout au long de notre vie. Il n’est donc pas normal que quelqu’un ait une libido Ă©levĂ©e tout le temps. Nous vivons diffĂ©rentes expĂ©riences et Ă©vĂ©nements dans la vie qui influent notre libido. Notre santĂ© est Ă©galement un facteur important. La plus grande chose qui a un impact sur notre libido est le stress !

Afin de la « travailler » ou « l’augmenter » il est nĂ©cessaire de faire le point sur notre style de vie. Est-ce que le style de vie que je mĂšne est sain ? Suis-je assez hydratĂ©e ? Est-ce que je bouge mon corps suffisamment ? Est-ce que je m’autorise assez d’heures de sommeil ? Est-ce que je mange sainement ? Si la libido est basse depuis une longue pĂ©riode, il ne faut pas hĂ©siter Ă  se tourner vers un sexothĂ©rapeute/sexologue afin d’ĂȘtre accompagnĂ©e dans la reconquĂȘte de son appĂ©tit sexuel !

L’exploration de soi — le touchĂ©, l’expĂ©rimentation, la masturbation dans le but de dĂ©couvrir — aide a maintenir sa libido active de maniĂšre saine.

Ophélie Voué :

Tout d’abord, la libido peut se dĂ©finir comme l’état d’une personne ayant envie de s’engager dans un comportement sexuel. On peut donc associer la notion de libido Ă  celle de dĂ©sir sexuel.

Au sujet de ce dĂ©sir, il est bon de savoir 2 types : le dĂ©sir actif, c’est Ă  dire celui oĂč l’on a envie d’initier une relation sexuelle, et le dĂ©sir rĂ©ceptif. Dans ce dernier, la personne ne ressent pas de dĂ©sir chez elle mais une fois stimulĂ©e, elle rĂ©pond positivement au dĂ©sir de l’autre et en ressent Ă  son tour l’envie.

La libido est fonction de multiples facteurs. Tout d’abord, les hormones. Les femmes sont des ĂȘtres cycliques. Des Ă©tudes ont montrĂ© que lorsque le taux d’oestrogĂšnes est Ă©levĂ© chez la femme, celle-ci connait une augmentation de son appĂ©tit sexuel. Celui-ci a lieu durant la premiĂšre phase du cycle ovarien (variable selon les femmes).

Mais la libido peut Ă©galement varier en fonction d’autres facteurs qui sont nombreux : personnels et psychologiques (bon dĂ©roulement ou non des expĂ©riences sexuelles passĂ©es, confiance en soi, image de soi, de la sexualitĂ©, consommation de substances (drogues, alcool), anxiĂ©tĂ©, dĂ©pression, disponibilitĂ©, travail stressant, fatigue…, mĂ©dicaux (maladies, dĂ©rĂ©gulation hormonale, mĂ©dication,
), sociaux (problĂšmes dans le couple, difficultĂ©s relationnelles, enfants,
).

À savoir que chez la femme, la libido est davantage dĂ©pendante du psychologique, du relationnel et du contexte culturel, alors que l’influence des hormones reste modeste.

Travailler la libido consiste donc Ă  pouvoir identifier les causes de sa baisse pour pouvoir agir en fonction. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, on parlera de faire un examen mĂ©dical si nĂ©cessaire, calmer les anxiĂ©tĂ©s et les angoisses, rassurer la personne et son partenaire, prendre en charge d’éventuels troubles sexuels ou un passĂ© douloureux, etc.

La baisse de dĂ©sir n’est pas inquiĂ©tante lorsqu’elle est passagĂšre, et peut se manifester autant chez l’homme que chez la femme (l’hormone sexuelle chez l’homme Ă©tant la testostĂ©rone). Si elle se prolonge et devient source de souffrance, il est utile d’aller consulter un sexologue.

Fabrice Boulenger :

La rĂ©ponse la plus Ă©sotĂ©rique du yoga tantrique est la suivante : au plus les chakras racine (pĂ©rinĂ©e) et sacrĂ© (mont de VĂ©nus) sont activĂ©s et harmonisĂ©s, au plus la libido sera stable. En d’autres mots, l’Ă©nergie sexuelle se cultive dans les deux premiers centres Ă©nergĂ©tiques du corps.

Ces centres, ou “chakras” peuvent ĂȘtre activĂ©s de plusieurs maniĂšres.

Pour la racine : sommeil, nourriture saine et contact avec la terre.

Pour le chakra sacré : bain, spa, massage, moments romantiques, et tout ce qui apporte du plaisir. Il est aussi possible de travailler sur chaque chakra à travers le yoga.

Cela dit, on ne peut pas rĂ©duire la femme Ă  une simple machine, et il y a beaucoup d’autres facteurs. Un des plus importants pour la femme est de se sentir en sĂ©curitĂ© dans la vie (situation financiĂšre stable, bonne santĂ© etc..) et sur le moment mĂȘme (confiance en le partenaire : “il gĂšre”, aucun soucis Ă  se faire etc..).

Un autre aspect trĂšs important, est de ne jamais trahir son corps en allant trop vite. Beaucoup trop de femmes ont des symptĂŽmes de trauma sexuel alors qu’elles ne se sont jamais faites violer. Cela peut ĂȘtre du Ă  des interventions gynĂ©cologiques trĂšs douloureuses, mais trĂšs souvent Ă  des pĂ©nĂ©trations prĂ©coces rĂ©pĂ©tĂ©es qui sont de vrais micro-viols. Ce problĂšme de la pĂ©nĂ©tration prĂ©coce vient en grande partie de la pornographie qui malheureusement Ă  de plus en plus d’emprise sur les deux sexes. Alors mesdames je vous en prie, prenez votre temps!

Comment lĂącher prise de maniĂšre gĂ©nĂ©rale, et sortir de sa tĂȘte ?

MĂ©lanie Jacobin :

Il existe autant de maniĂšres de lĂącher prise qu’il y a d’individus sur cette Terre. Quoi qu’il en soit, depuis des millĂ©naire, la mĂ©ditation est une technique efficace qui ne cesse de se transmettre. En matiĂšre de sexualitĂ©, il est important de ne pas sous-estimer le pouvoir de la RESPIRATION ! Lors d’un rapport sexuel, plus le dĂ©sir augmente et plus les partenaires ont tendance Ă  nĂ©gliger leur respiration. On le voit bien dans les reprĂ©sentations d’acte sexuel « rĂ©ussis » Ă  la TV : les partenaires transpirent, sont essoufflĂ©s et Ă©puisĂ©s.

Respirer en conscience permet de revenir au corps et donc quitter le mental. Il est quasiment impossible de penser à des millions de choses quand on se concentre sur sa respiration. De plus, aussi surprenant que cela puisse paraitre, respirer pendant l’acte permet de percevoir de maniùre plus consciente le plaisir et les sensations !

Ophélie Voué :

Plus facile à dire qu’à faire !

Il est en effet nĂ©cĂ©ssaire de fournir un certain effort afin de se libĂ©rer de toutes ces pensĂ©es qui nous traversent l’esprit Ă  longueur de journĂ©e.

Pour cela, il faut aussi savoir faire preuve d’indulgence envers soi-mĂȘme ainsi qu’accepter que nous ne pouvons pas tout contrĂŽler.

En effet, nous aimons avoir le contrĂŽle de maniĂšre quasi permanente (sur nos Ă©motions, dans notre boulot, dans nos relations et sur les Ă©vĂšnements de notre vie). Il faut donc commencer par accepter qu’avoir le contrĂŽle sur tout n’est pas rĂ©alisable et pour se laisser aller, il faut donc donner confiance Ă  ce qui nous entoure.

Reconnaitre ses Ă©motions et pouvoir les exprimer est dĂ©jĂ  quelque chose de trĂšs positif. Si le sport permet de se dĂ©fouler, pour ma part, je conseillerai surtout d’apprendre Ă  bien respirer. En effet, j’ai tout le loisir de laisser des pensĂ©es qui me tracassent traverser mon esprit lorsque je fais mon footing.

A l’inverse, si je dois me concentrer sur ma respiration en comptant les secondes par exemple, je ne sais pas penser Ă  autre chose. La respiration ventrale est donc pour moi un bon moyen d’apprendre Ă  lĂącher prise en mĂȘme tant qu’elle permet de me reconnecter Ă  mon corps. Les yogis l’ont compris depuis longtemps, la respiration est le lien entre le corps et l’esprit.

D’un point de vue plus sexo, je reviens Ă  cette notion d’indulgence. Pour savoir lĂącher prise, il est Ă©videmment nĂ©cessaire de ne pas avoir ses pensĂ©es focalisĂ©es sur le technico-pratique : « est-ce que je fais ça bien? », « est-ce que cette position ne montre pas trop mon bourrelet ?»,


Cela demande bien Ă©videmment une certaine confiance en soi et en son partenaire. Mon conseil serait de ne se concentrer que sur les sensations qu’un acte procure. Lorsque c’est vous qui ĂȘtes dans l’action, ne vous concentrez que sur les parties de votre corps en contact avec celui de votre partenaire.

Fabrice Boulenger :

Le lĂącher-prise est un art, et comme tout art, il se travaille.

La mĂ©ditation et le yoga sont deux exemples de pratiques qui aident Ă©normĂ©ment Ă  sortir de sa tĂȘte et Ă  ne plus essayer de tout le temps tout contrĂŽler. Le sport aide beaucoup aussi, et dans certain cas un travail psycho-Ă©motionel est nĂ©cessaire.

Le lùcher prise se résume en un mot: la confiance. En qui ? En quoi ? En la personne qui est en face, mais surtout en vous, et encore plus important ; en la vie.

Plus facile Ă  dire qu’Ă  faire !

Comment retarder l’orgasme lorsqu’il vient trop rapidement ?

MĂ©lanie Jacobin :

La lenteur est la clé du plaisir sur le long terme !

Dans les pratiques tantriques, la lenteur est toujours mise en avant. Elle permet Ă  quiconque de prendre conscience de l’état du dĂ©sir et d’ajuster nos actions sans se laisser surprendre. L’écoute du corps est importante pour une sexualitĂ© Ă©panouie. Si on se prĂ©cipite dans ce que nous faisons, nous nous retrouvons Ă  avoir des orgasmes trop rapidement ou a perdre du plaisir au milieu d’un rapport.

Dans le cas de cette jeune femme qui a du mal Ă  garder son excitation, elle peut essayer la technique d’à-coup : lors de la masturbation, elle peut faire ce qui lui fait plaisir jusqu’à sentir que l’excitation monte trop vite et s’arrĂȘter ! Attendre un peu
 respirer
 et reprendre quand l’excitation est un peu redescendue. Pareil lors de ses rapports avec son/sa/ses partenaires.

Ophélie Voué :

Un orgasme qui vient trop rapidement est le signe d’une excitation trop intense et d’une contraction musculaire trop Ă©levĂ©e. Pour retarder l’orgasme, il est important d’apprendre Ă  apprivoiser son corps. A dĂ©tecter ce qui l’excite davantage.

Ce qui fonctionne le mieux dans ces cas lĂ , c’est l’apprentissage d’une dĂ©contraction musculaire chez un professionnel ainsi que la maitrise de son excitation. Petite astuce supplĂ©mentaire : les femmes sont davantage rĂ©actives Ă  l’orgasme lorsqu’il y a pression dans le vagin lors d’une pĂ©nĂ©tration, contrairement aux hommes qui sont plus sensibles aux va-et-viens. Une adaptation en ce sens pourrait donc ĂȘtre utile pour celles qui souhaitent retarder leur orgasme.

Fabrice Boulenger :

Tout d’abord, de quel orgasme parle-t-on ? De l’orgasme clitoridien ou vaginal ?

Dans le tantra, ce sont deux orgasmes considĂ©rĂ©s comme trĂšs diffĂ©rents. Le premier correspond plus ou moins Ă  l’orgasme de l’homme, et, au niveau Ă©nergĂ©tique, est presque comme une Ă©jaculation, c’est Ă  dire que l’Ă©nergie sexuelle se “perd” en sortant du corps. C’est donc un orgasme qui a tendance Ă  finir l’excitation, ce qui peut poser problĂšme si on souhaite continuer.

L’orgasme vaginal quant Ă  lui, ou plutĂŽt les orgasmes vaginaux (il y a 5 points d’orgasmes dans le vagin) sont trĂšs diffĂ©rents. L’Ă©nergie a plutĂŽt tendance Ă  monter et Ă  se rĂ©pandre dans tout le corps (surtout l’orgasme cervical, le plus profond) et ce sont des vagues qui peuvent ĂȘtre rĂ©pĂ©tĂ©es de nombreuses fois. La femme n’est donc pas limitĂ©e Ă  un orgasme par rapport sexuel. Alors pourquoi vouloir retarder le premier? To be continued
 😏

Pouvez-vous nous parler des relations sexuelles aprĂšs avoir eu un bĂ©bĂ© ? Comment s’y remettre, Ă  quoi faut-il faire attention, et comment re-pimenter ses relations sexuelles ?

MĂ©lanie Jacobin :

AprĂšs l’accouchement, il est courant d’avoir une baisse de libido voire mĂȘme une absence totale de dĂ©sir. Ne vous en voulez surtout pas pour ça, c’est NORMAL ! Votre corps vient de vivre le plus grand changement hormonal et physique depuis que vous ĂȘtes en vie. Vous avez conçu un humain pendant 9 mois et l’avez expulsĂ© de votre propre corps ! Vous ĂȘtes magiques, fortes et vous devez vous accorder du TEMPS ! Et ce temps nĂ©cessaire afin que vous repreniez corps avec vous mĂȘme, votre vagin et votre dĂ©sir sexuel varie d’une femme Ă  l’autre.

Lors des sĂ©ances de sexothĂ©rapie, certaines femmes me disent qu’elles ont l’impression que leur corps ne leur appartient plus. Elles disent ne plus apprĂ©cier quand leur partenaire leur touche les seins, car elles ont l’impression d’ĂȘtre des usines de lait ambulants et que cette partie de leur corps est rĂ©servĂ© Ă  l’enfant. Ou bien qu’elles ne se sentent pas totalement Ă  l’aise lors des rapports sexuels car elles sont maintenant « mĂšre. » Ou encore, que depuis l’accouchement, l’attention et l’énergie d’elles et leurs partenaires sont investies dans l’enfant et que ça leur laisse peu de place pour leur moments Ă  deux.

PremiĂšrement, il faut faire attention au mental. Vous ĂȘtes celle qui vous mettez le plus la pression. La maniĂšre dont vous pensez votre corps, la maniĂšre dont vous lui parler et le regardez influencera toujours comment vous vous sentez. Prenez le temps de vous regarder dans un miroir. Prenez connaissance avec votre nouveau corps, et dites lui des mots positifs, d’amour et d’encouragement. Sur le long terme (et bien plus tĂŽt que vous ne croyez) cela influencera et changera Ă©normĂ©ment de choses au niveau mental et physique.

Par ailleurs, comme je l’ai dit quand je parlais de la libido, faites le point sur votre santĂ© (physique et mentale), c’est le meilleur moyen de savoir oĂč vous en ĂȘtes et comprendre oĂč se situe votre flux d’énergie sexuelle.

Pour finir, avec un bĂ©bĂ©, il est souvent nĂ©cessaire de tout planifier pour ne pas se sentir dĂ©border. Cela fait souvent rire les couples qui sont ensemble depuis longtemps et qui ont dĂ©jĂ  des enfants mais, planifiez vos moments Ă  deux ! Planifiez quand vous souhaitez passer du temps ensemble et planifiez mĂȘme les soirs oĂč vous voulez avoir des rapports sexuels — et surtout, tenez-vous Ă  votre planning ! Ne reportez pas les rendez-vous. Faites de votre vie sexuelle une prioritĂ©.

Planifier ses moments Ă  deux permet d’ĂȘtre enthousiaste Ă  l’idĂ©e de se retrouver. Cela rajoute du piment dans la relation. Lors de ces rendez-vous, exprimez les changements qui s’opĂšrent en vous, la maniĂšre dont vous percevez votre corps depuis la naissance du bĂ©bĂ© et, surtout, dites Ă  votre amoureux.se comment vous vous sentez vraiment ! La vulnĂ©rabilitĂ© ouvre les portes de l’intimitĂ© et vous vous retrouverez plus proches que jamais. ❀

Ophélie Voué :

Le post-partum est une pĂ©riode qui peut ĂȘtre difficile Ă  gĂ©rer sur le plan de la sexualitĂ©. L’homme et la femme ont pour Ă©tiquette supplĂ©mentaire d’ĂȘtre « pĂšre et mĂšre ». Il faut apprendre la vie Ă  3 (si c’est le premier enfant). De plus, la femme est gĂ©nĂ©ralement dans une relation presque exclusive avec son enfant durant ses premiĂšres semaines de vie.

La croyance populaire laisse croire que le post-partum a une durĂ©e de 3 mois. Attention, car plusieurs Ă©tudes tendent Ă  dĂ©montrer qu’en rĂ©alitĂ©, celui-ci peut durer 2 ans !

Accueillir un enfant est synonyme de grands bouleversements au sein du couple. Aussi, il peut y avoir de nombreuses raisons qui peuvent rentre rĂ©ticent le couple Ă  avoir Ă  nouveau des relations sexuelles (le co-dodo, la fatigue, le corps qui a changĂ©, les douleurs dues Ă  d’éventuelles cicatrisations).

Les hormones ne sont pas non plus favorables Ă  l’épanouissement sexuel durant une certaine pĂ©riode. AprĂšs l’accouchement, le taux d’oestrogĂšne et de progestĂ©rone va considĂ©rablement baisser. Or, ces hormones jouent un rĂŽle considĂ©rable dans le phĂ©nomĂšne de l’excitation. De plus, le corps de la femme va Ă©galement sĂ©crĂ©ter de la prolactine, une hormone qui Ă  un effet nĂ©gatif sur le dĂ©sir sexuel.

À l’arrivĂ©e de l’enfant, celui-ci accapare toute l’attention des parents, et ceux-ci peuvent donc mettre involontairement de cĂŽtĂ© leur relation de couple. C’est Ă  eux de choisir quel est le moment qui leur convient le mieux pour reprendre un vie sexuelle. Celle-ci peut tout Ă  fait se faire par Ă©tapes.

Par exemple, d’abord des massages du dos, une sortie au restaurant ou au cinĂ©ma. Ensuite des caresses progressives sur les zones gĂ©nitales en fonction du rythme de chacun. Il est bien sur nĂ©cessaire de reconnaitre et de respecter les dĂ©sirs de l’autre. Il est important que les partenaires gardent un regard Ă©rotique l’un sur l’autre, et qu’ils continuent de se voir comme des amants, et pas uniquement comme le pĂšre ou la mĂšre de leur enfant.

Pour ces couples, il est Ă©galement important de mettre l’accent sur le fait que mĂȘme si la pĂ©riode qu’ils vivent n’est pas propice Ă  une sexualitĂ© comme avant, aprĂšs quelque temps de patience, ils pourront bientĂŽt la retrouver.

Pour re-pimenter la vie sexuelle, les massages, mots doux, compliments, et attentions particuliÚres sont un trÚs bon début.

Est-il possible d’obtenir un orgasme avec un inconnu ? Si oui, comment ?

Ophélie Voué :

La rĂ©ponse est oui. Pour avoir un orgasme, il faut franchir 6 Ă©tapes. D’abord la phase de dĂ©sir qui est suivie par l’excitation et la plaisir qui monte. AprĂšs cela, il y a la phase de lubrification vaginale. Ensuite vient la phase dite « plateau ». Lors de celle-ci, le plaisir et l’excitation ont atteint un haut niveau et s’y maintiennent. Enfin, il y a la phase orgasmique.

Un orgasme fĂ©minin est accompagnĂ© d’un rythme respiratoire qui s’accĂ©lĂšre, d’une brĂšve apnĂ©e suivi d’une dĂ©charge : l’orgasme. Ensuite, il y a ce qu’on appelle la phase de dĂ©tente.

Si vous ĂȘtes stimulĂ©e physiquement ou mentalement de maniĂšre Ă©rotique, qui vous y ressentez de l’excitation et du plaisir, et que vous avez une sexualitĂ© fonctionnelle, alors vous pouvez tout Ă  fait atteindre l’orgasme, peut importe votre partenaire.

Attention, l’orgasme est Ă  diffĂ©rencier de l’orgasTE. Celui-ci constitue la mĂȘme sensation de dĂ©charge du corps due Ă  l’activation des muscles lisse, mais aucun plaisir n’est vĂ©cu lors de celui-ci. C’est notamment ce qui peut se produire lors d’abus sexuel.

Dans ce cas, il est important pour la victime de bien comprendre que son corps a simplement rĂ©agi de maniĂšre physiologique mais qu’en aucun cas, cela veut dire qu’elle ne voulait ou qu’elle a prit du plaisir pendant l’acte sexuel.

MĂ©lanie Jacobin :

Aujourd’hui nous le savons, le plus gros facteur rendant l’orgasme possible est notre esprit ! Notre condition mentale influe Ă©normĂ©ment notre capacitĂ© Ă  atteindre l’orgasme. De nombreux tĂ©moignages de femmes ayant vĂ©cu leur « meilleur plan Q » avec un coup d’un soin, nous prouvent que, « OUI », il est possible d’orgasmer avec un inconnu !

Quoi qu’il en soit, voici trois voies nĂ©cessaires avec lesquelles les femmes ET les hommes doivent se familiariser pour profiter de relations sexuelles extatiques et d’un dĂ©bordement d’Ă©nergie orgasmique:

1. La nuditĂ©: La nuditĂ© peut nous faire nous sentir si vulnĂ©rables, mais elle peut aussi nous faire nous sentir complĂštement libres et Ă  l’aise dans notre propre peau. C’est essentiel pour avoir de bon rapports sexuels ! Si vous ne vous sentez pas Ă  l’aise nues, il est temps de travailler sur la honte corporelle, la conscience de soi … l’aversion pour votre beau corps. C’est un Ă©lĂ©ment clĂ© pour profiter du sexe extatique.

2. L’acceptation que le sexe n’est pas toujours joli. C’est brut. C’est dĂ©sordonnĂ©. C’est fort (comme ces bruits que nous poussons, parfois Ă©trangement forts, qui ne sont pas du tout glamour). C’est imprĂ©visible. Acceptez que le vrai sexe consiste Ă  accepter tout ce qui se dĂ©roule et choisissez de faire l’amour Ă  des personnes qui vous aiment et vous adorent dans ces moments dĂ©sordonnĂ©s.

3. La honte existe. Presque tous, nous avons dĂ©jĂ  eu honte ou culpabilisĂ© Ă  propos du sexe. Je sais que parfois, mĂȘme en tant que sexothĂ©rapeute et praticienne tantra, il m’arrive d’avoir honte (et j’ai fait beaucoup de travail lĂ -dessus). Travaillez sur les parties de vous-mĂȘme qui ne vous donnent pas la permission de possĂ©der vos dĂ©sirs et votre propre sexualitĂ©. C’est un morceau Ă©norme pour beaucoup de gens, alors prenez votre temps pour dĂ©voiler oĂč vous portez la honte (vos cuisses, votre ventre, vos seins, etc.) et la culpabilitĂ© (culpabilitĂ© de jouir, mouiller, gĂ©mir, crier trop ou pas assez)
 et engagez-vous Ă  vous laisser aller et Ă  crĂ©er une nouvelle histoire.

Fabrice Boulenger :

S’il est possible d’avoir un orgasme avec soi-mĂȘme, alors pourquoi pas avec un inconnu ? Pour ceraines femmes, l’idĂ©e de “ l’inconnu” est mĂȘme trĂšs excitant.

Ceci dit, il est aussi vrai que pour de nombreuses femmes, la connection Ă©motionelle est trĂšs importante pour jouir, et c’est donc difficile Ă  atteindre durant un coup d’un soir.

Anecdote sur le sujet : quelques tantriques un peu extrĂȘmes de l’Ă©poque avaient remarquĂ© avec justesse qu’il y avait une certaine magie quand on venait de rencontrer quelqu’un, et ils ne s’engageaient jamais Ă  plus de trois rencontres avec la mĂȘme personne, pour ne pas en arriver Ă  la phase oĂč on s’habitue Ă  la personne et sort du moment prĂ©sent.

D’un point de vue tantrique, comment parvenir Ă  avoir un orgasme sans jouir, afin de transformer l’Ă©nergie sexuelle en Ă©nergie positive? En pratique, comment cela se passe-t-il du cĂŽtĂ© fĂ©minin?

Fabrice Boulenger :

Ah, on en arrive Ă  la question purement tantrique..

C’est une longue discussion, mais la base se trouve dans ma rĂ©ponse Ă  la premiĂšre question. D’aprĂšs le tantra, tout est Ă©nergie. Et l’Ă©nergie la plus puissante est l’Ă©nergie sexuelle, la force crĂ©atrice qui donne vie Ă  toute chose.

Cette Ă©nergie sexuelle est nĂ©cessaire pour la crĂ©ation d’un nouveau nĂ©, mais Ă  part cela, pourquoi la gĂącher?

C’est donc pour cela que l’homme tantrique s’entraine Ă  ne pas Ă©jaculer, et la femme tantrique s’entraine Ă  avoir des orgasmes plus profonds, et plutĂŽt vaginaux que clitoridiens (voire question 3).

Il est mĂȘme possible d’avoir des orgasmes dans le corps entier, sans mĂȘme toucher les parties gĂ©nitales ! Comment ? À travers la respiration.

Pour faire court, l’orgasme est simplement un mouvement d’Ă©nergie tellement puissant qu’il provoque une rĂ©action incontrĂŽlable. Une fois passĂ© le point de “non-retour”, il suffit de lĂącher prise et
 de profiter !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :